RECONSTRUCTION DES LIGAMENTS CROISES DU GENOU

Genou

Le ligament croisé antérieur est un ligament situé au centre de l’articulation du genou. La rupture du ligament croisé est un accident fréquent. Le genou peut devenir instable ou douloureux. L’évolution naturelle dans ce cas peut être l’apparition d’une lésion méniscale ou cartilagineuse voire d’une arthrose. Il est possible de reconstruire le ligament croisé antérieur avec une greffe de tendons prélevés à la face interne du genou: c’est la reconstruction du ligament croisé antérieur avec tendons ischio-jambiers.

D'autres type de greffe peuvent être utilisés: Le tendon rotulien (Technique KJ de Kenneth Jones) ou le tendon quadricipital.

 

 

AVANT LE TRAITEMENT

Le diagnostic de rupture du ligament croisé antérieur est clinique et radiologique. Des radiographies doivent être réalisées impérativement, mais c’est surtout l’IRM qui permet de confirmer le diagnostic.

 

Une kinésithérapie est le plus souvent prescrite après le traumatisme, visant à récupérer l'amplitude articulaire complète et à lutter contre le relâchement et l'hypotrophie du muscle quadriceps. En cas d'indication chirurgicale, cette préparation physique assure une meilleure récupération post-opératoire.

 

 

QUEL TRAITEMENT ?

La chirurgie se pratique sous anesthésie générale ou locorégionale. Un garrot placé à la cuisse est le plus souvent nécessaire. Une cicatrice verticale à la face supérieure et interne du tibia permet le prélèvement des tendons ischio-jambiers (DI-DT : demi-tendineux et droit interne) qui va permettre de reconstruire le ligament croisé antérieur.

 

L’intervention se déroule ensuite sous arthroscopie (avec caméra) par deux incisions ponctiformes sous la rotule. D’autres incisions sont parfois nécessaires.

Des tunnels osseux dans le fémur et le tibia au niveau des zones d’insertion du ligament croisé antérieur sont réalisés. La greffe est positionnée puis fixée dans le genou par endobouton, vis ou agrafe.

Les éventuelles lésions méniscales ou cartilagineuses associées seront traitées dans le même temps si cela est nécessaire.

 

 

ET APRÈS ?

Le genou est placé dans une attelle selon le protocole de votre chirurgien. La kinésithérapie est débutée deux à trois jours après l'intervention. La marche avec appui sous couvert de béquilles sera autorisée par votre chirurgien.

Par la suite, La rééducation sera poursuivie plusieurs mois chez un kinésithérapeute ou en centre de rééducation.

La conduite automobile sera reprise après le feu vert de votre chirurgien de même que la pratique sportive.

La reprise des activités professionnelles sera fonction du travail et des moyens de locomotion (en général de 45 jours à trois mois).

 

COMPLICATIONS

Les plus fréquentes :

Comme toute chirurgie il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle tout seul, il peut rarement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

La phlébite : elle peut survenir en dépit du traitement anticoagulant. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci peut migrer et entrainer une embolie pulmonaire. Un traitement anticoagulant est prescrit en prévention.

 

Plus rarement :

La raideur du genou : la cicatrisation des tissus dans le genou peut créer des adhérences qui vont limiter la flexion.

L’algodystrophie : phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris, elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles. L’infection profonde : complication très rare. Elle peut nécessiter une nouvelle intervention et la prescription d’un traitement antibiotique prolongé.

Les troubles de la cicatrisation locale : le tabac augmentant de manière significative le taux d’infection et les difficultés de cicatrisation, il est formellement demandé d’arrêter le tabac au moins un mois avant l’intervention et ensuite pendant trois mois.

Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

 

LES RÉSULTATS ATTENDUS

La cicatrisation cutanée est obtenue après 15 jours et la cicatrisation profonde après plusieurs semaines. La reprise des activités sportives est possible après un délai de plusieurs mois qui vous sera précisé par votre chirurgien.

Le résultat attendu est un genou stable et indolore avec une reprise des activités sportives. Un délai de six mois minimum est souvent nécessaire pour la reprise des sports à pivot. Parfois le résultat est plus long à être obtenu ou imparfait avec un épanchement chronique, voire quelques douleurs à l’effort.

ll.jpg