CHIRURGIE DE L'INSTABILITE ROTULIENNE

QU’EST-CE QUE C’EST ?
Le ligament fémoro-patellaire médial (ou MPFL en anglais) est un ligament qui s’insère sur le bord interne de la rotule et sur le condyle fémoral interne à la face interne du fémur. Il stabilise la rotule en l’empêchant de se luxer en dehors lors de la flexion du genou. Après un épisode de luxation de rotule, le ligament MPFL est systématiquement rompu. Il est possible de le reconstruire pour stabiliser la rotule et empêcher la survenue de nouvelles luxations : c’est la reconstruction du MPFL.
En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque, il vous a été proposé une reconstruction du MPFL. Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives. Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant et en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

 


AVANT LE TRAITEMENT
Un bilan d’imagerie sera réalisé par votre chirurgien à la recherche des facteurs favorisants la luxation rotulienne. Il s’agit en général de radiographies standards et d’un scanner et/ou une IRM du genou.

 

 


QUEL TRAITEMENT ?
L’intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale. Une incision verticale de quelques centimètres est réalisée à la face supérieure et interne du tibia. Un tendon ischio-jambier est prélevé à la face interne du tibia (tendon droit interne ou demi-tendineux). La reconstruction du MPFL à proprement parlé nécessité la réalisation d’une ou de deux autres incisions au bord interne de la rotule et à la face interne du fémur. Des tunnels peuvent être réalisés pour passer la greffe selon la technique utilisée. Le nouveau ligament est positionné et fixé au fémur et à la rotule par divers moyens (suture, agrafe, vis, ancre…). En fin d’intervention, le chirurgien teste la rotule qui doit être stable et ne pas se luxer en dehors.

 

 


ET APRÈS ?
L’hospitalisation dure quelques jours. L’appui sur le membre opéré est autorisé dès le premier jour avec des béquilles et une attelle amovible en extension. La rééducation est débutée immédiatement. La flexion peut être limitée durant les premières semaines. Un traitement anticoagulant préventif de la phlébite vous sera parfois prescrit. Vous serez revu régulièrement en consultation par votre chirurgien. La conduite automobile pourra être reprise à partir de 2 à 3 mois environ. Un arrêt de travail de 3 mois vous sera prescrit, la reprise des sports quant à elle sera différée à 4 mois environ après le feu vert de votre chirurgien.

 

 


COMPLICATIONS
Les plus fréquentes
Comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

La phlébite peut survenir en dépit du traitement anticoagulant. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines, celui-ci pouvant migrer et entrainer une embolie pulmonaire. Un traitement anticoagulant est prescrit en prévention.
Plus rarement
L’infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.
L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois, une prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.
La nouvelle rupture du ligament MPFL au cours d’une nouvelle luxation est rare. Elle doit faire rechercher une autre cause de luxation et peut nécessiter une prise en charge chirurgicale spécifique.
La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

 

 


LES RÉSULTATS À ESPÉRER
La reconstruction du MPFL est un geste chirurgical simple. Il est très efficace sur la luxation de la rotule. Il peut être souvent associé à d’autres traitements de la luxation (ostéotomie de la tubérosité tibiale, plastie du vaste médial, section de l’aileron externe, trochléoplastie…)